Macérât huileux de Calendula officinalis

Macérât huileux de Calendula officinalis

Calendula, y’a t’il pas de la poésie dans ce nom là? 🙂

Calendula signifie “Fleur de tous les mois” car il paraît que le souci fleurit les premiers jours de presque tous les mois de l’année. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’observer et vérifier cela mais ce dont je peux témoigner c’est que le macérât obtenu à partir de ses fleurs magnifiques est un indispensable de la trousse de beauté.

Mais avant d’aller préparer ce macérât, petit rappel sur ce que c’est que le Souci:

Calendula officinalis de son nom latin, le souci est une plante annuelle qui illumine le jardin de ses fleurs jaunes-orangées (juste sublimes!) du printemps à l’automne.  Communément appelé Calendula, ou encore souci des jardins, le Tagète, il pousse à l’état sauvage dans toute l’Europe mais c’est une plante qui se cultive facilement au jardin pour la couleur chaude et l’abondance de ses fleurs. Fleurs dont on va se servir aujourd’hui pour réaliser notre macérât.

Parties utilisées: capitules floraux, fleurs. 

Principaux composants/ Principes actifs: Flavonoïdes, triterpènes, hétérosides amers, carotène.

 

PROPRIÉTÉS BEAUTÉ DE L’HUILE DE CALENDULA:

L’huile Calendula, c’est d’abord l’amie des peaux sèches. Si tu as la peau sèche, craquelée, la peau qui tiraille, c’est à elle qui faudra penser.

  • Adoucissante
  • Nourrissante
  • Apaisante

Elle est aussi:

  • Réequilibrante des peaux fragilisées
  • Utile en cas d’acné
  • Elle calme les irritations et les démangeaisons
  • Apaise la peau après une exposition longue au soleil

Mais elle est surtout connue pour son efficacité sur:

– Les petites coupures et égratignures (non saignantes)
– Mains gercées par le froid… Idéale en hiver donc
– Coups de soleil, petites brûlures, etc

— Pied d’athlète

Vous l’aurez compris, c’est l’huile incontournable à avoir chez soi. C’est comme une huile de secours, prête à réparer les petits bobos, à la maison ou en dehors. Pensez à l’emporter cet été en vacances, sur la plage ou en randonnée, peu importe où pourvu qu’elle fasse partie de la trousse de secours.

C’est d’ailleurs pourquoi le macérât de Calendula est l’un des macérats les plus réalisés en phytothérapie. Une fois réalisé, on peut le conserver tel quel (sous forme d’huile) ou en faire un baume (en y ajoutant de la cire d’abeille). Personnellement, je préfère l’associer au beurre de Karité, le baume n’en est que plus onctueux et plus efficace.

Préparation du macérât de Calendula:

 

Dans un bocal entièrement désinfecté à l’alcool, jetez des fleurs de souci dans un bocal, sans tasser.

Versez de l’huile de tournesol bio ou toute autre huile stable (Sésame, Pépins de raisins…) jusqu’à recouvrir entièrement les fleurs.

Laissez macérer près d’une source de chaleur ou au soleil (en prenant soin de recouvrir le bocal avec un sac de papier si exposition direct au soleil) pendant un mois, en secouant le bocal chaque jour.

Puis filtrez et conservez.

 

Où acheter les fleurs de Souci, prêtes à l’emploi, pour des infusions ou encore pour réaliser un macérât comme celui-ci?

  • À l’herboristerie Louis Herboristerie

 

  • À l’Herboristerie du Palais Royal, où vous trouverez aussi du macérât huileux de Calendula tout prêt!

                                                                    

Voilà, et maintenant je vous dis à bientôt au Jardin pour faire pousser cette jolie plante!

D’ici-là, prenez soin de vous, naturellement…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.