Oeillet d’Inde: Fleur parfumée aux mille bienfaits

Je suis tombée amoureuse des Oeillets d’Inde, et de leur couleur qui réchauffe le coeur, et de leur parfum plutôt raffiné…  C’est une plante assez répandue, qu’on peut rencontrer un peu partout dans le monde. Elle est le plus souvent cultivée, à des fins ornementales (en fonction des cultivars) ou encore comme source de colorant pour l’industrie agroalimentaire.

Les Oeillets, on en voit de deux couleurs le plus souvent: des Oeillets aux fleurs jaunes et des Oeillets aux tons plutôt orangés. Ces fleurs très parfumées m’ont donné mille idées d’expérimentations en Cuisine (si si, elles sont comestibles), en Cosmétique et en Parfumerie.

[highlight]L’Oeillet d’Inde, qu’est ce que c’est et d’où ça vient?[/highlight]

Il existe tant d’hybrides et de cultivars de Tagetes! Les plus connues: Tagetes Erecta, la Rose d’Inde… et Tagetes patula, l’oeillet d’Inde. Le premier est aussi surnommé le Souci africain, African Marigold et aurait des fleurs plus grandes que le second: French Marigold, aux fleurs plus petites (https://edis.ifas.ufl.edu/fp571). Sur Internet, les deux sont souvent désignées comme une seule et même plante et il n’est pas rare de voir des synonymies entre l’oeillet d’Inde et la Rose d’Inde. On leur attribue bien souvent les mêmes noms latins et les mêmes propriétés.

Quoiqu’il en soit, les deux espèces appartiennent à la famille des Astéracées, tu sais, la même que le Tournesol, la Camomille, le Pissenlit, le Carthame… C’est en découvrant l’Oeillet d’Inde lors d’une expédition en Afrique au début du XVIe siècle, que l’empereur Charles Quint fut frappé par ses couleurs vives. C’est lui qui aurait baptisée l’Oeillet d’Inde « Fleur de Tunis », tantôt    « l’Africaine ». La Rose d’Inde serait originaire du Mexique où elle est, aujourd’hui encore, présente dans les traditions, culturelles et culinaires.

[highlight]Comment reconnaître l’Oeillet et la Rose d’Inde au premier coup d’oeil?[/highlight]

L’œillet d’Inde fait des fleurs plates ou doubles avec des pétales frisés, unicolores ou bicolores. La rose d’Inde quant à elle, fait de grosses fleurs en pompons doubles. Si on peut différencier ces belles dames à partir de ces caractéristiques physiques, il n’existe pas cependant aucun caractère fiable permettant de distinguer véritablement Tagetes patula (l’Oeillet d’Inde) et Tagetes erecta (la Rose d’Inde). Les deux seraient probablement identiques ou du moins proches en terme de propriétés, de valeur économique…

 

Oeillet d’Inde, Cameroun

 

Si la Rose d’inde est réputée pour ses propriétés médicinales: Troubles digestifs (indigestions, constipations…), maladies respiratoires, vermifuge, etc… l’Oeillet d’Inde n’est pas en reste. En externe, la Rose d’Inde et l’Oeillet d’Inde auraient des propriétés cicatrisantes et seraient sollicitées pour traiter les lésions cutanées, l’eczéma… D’ailleurs, on reconnaît à leur huile essentielle des propriétés antifongiques, antibactériennes et antioxydantes. Elle est utilisée en cosmétique dans les soins pour réduire les imperfections cutanées et soulager les inflammations de la peau. La Marque LUSH a vite fait de l’intégrer dans deux de leurs masques et deux crèmes de soins de leur gamme de produits.

On retrouve dans les fleurs de Rose d’Inde et d’Oeillet d’inde, de nombreux Caroténoïdes dont la Lutéine.

 

 

En cosmétique, on bénéficiera donc de leurs propriétés antioxydantes et protectrices face/suite à une exposition solaire. Parmi les nombreuses recettes que l’Oeillet d’Inde m’a inspiré, il y’a ce Baume cicatrisant et réparateur que j’ai préparé, je partage la recette dans un article prochainement, promis!

 

[highlight]Les fleurs de Tagetes, une source de colorant alimentaire… et cosmétique?[/highlight]

Les fleurs flamboyantes de Tagetes sont la source de deux colorants alimentaires : la poudre de tagète et l’extrait de tagète. La première est obtenue à partir de fleurs séchées et réduites en poudre. La seconde est obtenue à partir de solvants.

La poudre de Tagète est potentiellement une alternative intéressante aux colorants synthétiques utilisés en aviculture pour accentuer le jaune/orangé, augmenter la pigmentation des oeufs de volaille. Il suffit d’en rajouter (j’ignore dans quelles proportions) dans de la provende pour volaille.

Quant à l’extrait de Tagète, il est surtout employé en Europe comme colorant alimentaire jaune orangé dans les assaisonnements de salades, les glaces, les produits laitiers et autres aliments à forte teneur en matière grasse, mais aussi dans les boissons sans alcool, les produits de boulangerie, les confitures et les confiseries, dans la nourriture destinée aux saumons et aux crustacés. (https://uses.plantnet-project.org/fr/Tagetes_erecta_(PROTA)

Concernant ses qualités de Colorant cosmétique, des tests sont encore en cours de mon côté. Je reviendrai avec un article si mes expérimentations s’avèrent concluantes.

 

On peut l’utiliser aussi comme source de colorant pour teindre les tissus. À tester avec différents types de mordants. J’y reviendrai après l’avoir expérimenté.

 

Cueillir les fleurs d’Oeillet d’Inde:

Voir mon article concernant les cueillettes sauvages ICI

On prendra le soin supplémentaire ici, de:

  • Cueillir les fleurs loin des bords de routes et de zones souillées.
  • Par un matin sec, ensoleillé de préférence, pas sous la pluie, ni après celle-ci… les fleurs auront perdu un peu de leur parfum
  • On les cueille en les remerciant d’avance pour le service qu’elles vont nous rendre. Si si, cela a de l’importance. D’où je viens, et ma maman le fait aujourd’hui encore, on cueille la plante dans le respect de celle-ci, on lui parle, on la remercie pour le don qu’elle nous fait… Je suis convaincue qu’une plante cueillie dans ces conditions a une énergie et une vibration plus élevée.

 

Sécher les fleurs d’Oeillet d’Inde:

Pour sécher les fleurs, il suffit de les disposer, sans les tasser, sur un grand carré de tissu de coton, quand on n’a pas grand chose sous la main. Il faut que l’air puisse circuler, pour favoriser un séchage uniforme. Ici, j’ai utilisé un grand plateau tissé en fibres de Raphia. Chez moi, on l’appelle « Mata n’kalang » (j’adore le prononcer! J’en ai même fait une chanson 😀 )

On peut, si on le souhaite, et pour qu’elles sèchent plus vite, séparer les pétales et les disposer une par une. Ça prendra plus de temps pour le faire, mais elles sècheront beaucoup plus vite.

 

 

Les fleurs, une fois séchées, se conservent durant un an, à l’abri de l’air et de la lumière, dans un sachet papier qu’on prendra le soin de bien fermer. Il y’aura plus qu’à prélever juste la quantité dont on a besoin pour préparer: Baumes, huiles de macération, Infusions…

Avec les fleurs fraîches, il est possible de préparer mille et une recettes:

  • Une infusion à intégrer dans une formulation de: Crème, lait  (Voir mon Atelier Fabrication de crèmes et de Laits en Cosmétique, à base de plantes ICI)
  • Une formulation de savon SAF, en remplaçant l’eau par une infusion de fleurs d’Oeillet (infusion préparée avec de l’eau distillée)
  • Une glycérite parfumée et d’autres types d’extraits, comme par exemple un extrait hydro-glycériné (cf. photo ci-dessous)

 

You Might Also Like